[HERBICIDE] : L'ambroisie un enjeu majeur au printemps

image.png

L’ambroisie est une adventice très gênante pour au moins 2 raisons :

  • elle concurrence fortement les cultures de printemps comme le maïs ou le tournesol,
  • ses pollens sont hautement allergisants pour les personnes sensibles occasionnant chaque année de nombreux désagréments et un coût important pour la collectivité.

Les ambroisies ont une germination estivale particulièrement échelonnée rendant la lutte plus difficile. La production de graines est importante et leur durée de vie est longue : un échec se paye pendant de nombreuses années. La lutte contre cette espèce classée comme invasive est obligatoire.

Combiner la lutte préventive et lutte chimique

L’ambroisie colonise les champs cultivés mais également les bords de parcelles (talus, bords de route ...). La lutte préventive passe par une observation attentive de ces endroits tout en veillant à ne pas importer de graines via le matériel de récolte par exemple. Chaque année, l’ambroisie gagne du terrain, on en retrouve maintenant en Bretagne, région longtemps épargnée par cette adventice introduite dans la vallée du Rhône peu après la seconde guerre mondiale.

Dans les parcelles de maïs où l’ambroisie est présente, la lutte passe principalement par la post-levée. Parmi les solutions existantes, la sulcotrione fait partie des meilleures substances actives. On la trouve en solo (DECANO - VENEUR - RIKKI - SULCOTRINA ) ou associée au nicosulfuron (SOUVERAIN OD). Pour lutter efficacement contre les levées échelonnées, une seconde intervention sera peut-être nécessaire. Un binage pourra également être opportun sur de jeunes ambroisies avant que celles-ci ne se repiquent.

Pour aller plus loin :

image.png

site officiel

Ne pas confondre :

Dans le Sud-Ouest, on rencontre une autre ambroisie : l'ambroisie trifide. Cette dernière a des cotylédons charnus, elliptiques et les premières feuilles sont divisées, opposées avec une nervure blanche. Cette espèce est encore rare mais a tendance à se développer dans le sud notamment. Elle peut concurrencer fortement le maïs de par sa grande taille (plus de 2 mètres une fois adulte). Comme sa cousine, elle produit des pollens très allergisants.


image.png

image.png
Partager

Nous utilisons des cookies pour vous offrir une meilleure expérience, analyser le trafic du site et diffuser des publicités ciblées.

En cliquant sur Accepter, vous consentez à l'utilisation de cookies conformément à notre Politique relative aux cookies .